Nos Artistes actuels

Fanny Bériaux

Quartet Jazz-pop


Ce qui frappe avant tout chez Fanny Bériaux, c'est sa voix. Une voix suave et sensuelle dans les graves, précise et puissante dans les aigus, mais aussi terriblement expressive...
Généreuse sur scène, la chanteuse vit véritablement ce qu'elle chante et rentre dans ses émotions à bras le corps, aimant à passer de sa voix la plus chaude et rondée à sa voix le plus délirante et déchirante, en passant par un brin de nostalgie et une touche de tendresse, selon les humeurs...
Née en 1980 à Bruxelles, l'enfant sent très vite son attirance forte pour le chant qu'elle vit comme un réel plaisir, voir une nécessité physique. La musique au sens large l'intéresse aussi, et très tôt, elle étudie le piano classique en Académie, tout en grattant de temps en temps spontanément une guitare. Mais, comme une évidence, c'est le chant qui la fait vibrer, même si elle ne l'étudie pas encore...

A 18 ans s'ouvre un monde de possibles et la nécessité d'un choix. Fanny Bériaux en fera deux : d'un coté, bien sûr, la musique, de l'autre, l'université. Elle entre donc au Conservatoire de Liège ou elle obtient un premier prix dés sa première année d'étude. Et elle mène en parallèle des études de communication, bien qu'elle sente toujours cet appel du chant au fond d'elle même. Jusque là, elle a certes suivi quelques cours de chant mais dans des styles qui ne la touchaient pas vraiment, sans trouver son bonheur. C'est alors qu'elle rencontre Anca Parghel, professeur de chant-jazz au Conservatoire de Bruxelles. La maitrise vocale de la chanteuse la fascine et elle rejoint l'instution en 2002. Elle y obtient son premier prix de chant-jazz en 2005, juste en même que sa licence à l'université.

Deux ans plus tard, dans les méandres des hasards des auditions, elle rencontre le compositeur Jarek Frankowski qui, séduit par cette artiste hors du commun, décide de l'aider a sortir son premier album. "Blow Up My World" sera dans les bacs en 2009. La chanteuse y révèle une voix chaude et grave, teintée de multiples couleurs, dans des chansons jazzy et métissées, voyagent entre le jazz, la pop et la soul. On y retrouve entre autre les influences de Madeleine Peyroux, Erykah Badu, Fiona Apple, Melody Gardot, Anita O Day, ...

L'album est chalueureusement accueilli par la presse et donne lieu à une série de concerts en Belgique et en Europe (Paris, Istanul, Sibiu, Plooisti, Luxembourg,...). La chanteuse se produira également dans des festivals internationnaux (Comblain Festival, Sibiu Jazz Festival, Festival International Echternach, Gaumes Jazz Festival,...). Découvrant derrière cette voix d'album un univers scènique riche et intense, le public et la presse suivent les concerts avec un enthousiasme grandissant.

L'univers de Fanny Bériaux est large et s'ouvre à l'horizon. L'artiste se définit avant tout comme chanteuse et se sent attirée par des musiques multiples. Dans cette ouvertures, elle participe en parallèle a divers projets et se voit sollicitée par des artistes de milieux très différents. Elle enregistre notamment les voix féminines pour la pièce de théatre "La princesse Turandot" mise en scène par Dominique Serron, chante pour un soir le Sabbat Mater de Pergolèse en tant que soliste alto, ou encore interprète un duo avec Davidi Bartholomè (chanteur de Sharko) sur son dernier album "Cosmic woo Woo" (2011).

 

 

_______________________________________________

 

 

Jules de Sart

Sort du silence...


Le non sens, la révolte, l’amour sublime et impossible, le fantasme, la déchirure sont les sujets de ce récital musico poétique qui poussent le jeune poète Jules de Sart dans les cordes et le font rebondir dans des textes ironiques écrits entre 1968 et 1971.Il est alors âgé de moins de 20 ans. Ce sont des propos d’adolescent en quête d’absolu à travers lesquels, comme Rimbaud ou Prévert bien avant lui, Jules de Sart cache son romantisme échevelé et déchiré, ses idéaux ou ses attirances physiques secrètes et inéluctables derrière une écriture surréaliste où la nomenclature poétique parfaitement décalée jugule la difficulté d’être. Projeté dans le temps, le poète est confronté à son actualité sous le regard narquois, complice et goguenard d’un vieux routard des mises en scènes du Théâtre Loyal du Trac, Serge Bodart.


Photo : Charlotte Sampermans


Previous page: Cinéma à Sart-Risbart
Next page: Label Travers